STOP AUX PLASTIQUES TOXIQUES!


Actu de 2016 - 2017

Sacs en plastiques interdits: 

Bien laver son filet à commissions
lundi 5 octobre 2015, 15:09 ... vous utilisez des sacs conformes
Pour que vous et votre famille soyez en toute sécurité, voici nos conseils pour l'emballage alimentaire dans des sacs lors de vos achats :
Emballer les aliments crus séparément des aliments prêts-à-être consommés, dans des sacs séparés. Ce pourrait être soit dans un sac en plastique fourni par le magasin (il n'y aura pas de frais pour les sacs qui contiennent seulement les aliments non emballés, les marchandises contaminées par de la terre, la viande et le poisson crus) ; ou un sac réutilisable.
Si vous utilisez des sacs réutilisables, garder un ou deux sacs pour les aliments crus seulement et ne pas utiliser les mêmes sacs pour les aliments prêts-à-être consommés.
Vérifiez dans vos sacs la présence de déversements éventuels (par exemple jus de la viande crue ou souillures) après chaque utilisation. S'il y a eu un déversement, des salissures ou des dommages, les sacs en plastique réutilisables ou les sacs en plastique à usage unique devraient idéalement être éliminés. Les sacs en coton ou en tissu à vie peuvent être mis dans une machine à laver.

Du café et des ongles

jeudi 1er octobre 2015, 15:24 L'Altuglas, recyclable infiniment, aussi transparent que le verre: utilisé dans, par exemple la verseuse à café d'une machine à café électrique.
Évidemment, si l'on précise que le PMMA est fabriqué par polymérisation radicalaire du méthacrylate de méthyle, molécule “extrêmement dangereuse pour notre santé“ et amorcée par le peroxyde de benzoyle ou l'azobisisobutyronitrile, ça risque de couper un peu la dégustation de votre café!
Un récent documentaire de la BBC vient de révéler l'utilisation de méthacrylate de méthyle dans certains instituts de beauté. Une molécule qui est pourtant extrêmement dangereuse pour notre santé.
C'est un récent documentaire de la BBC qui a tiré la sonnette d'alarme. Dans Inside Out : How Safe Is Your Manicure ?, des journalistes britanniques révèlent l'utilisation de méthacrylate de méthyle (ou MMA) dans certains salons de beauté. Or, la substance (fréquemment utilisée comme colle lors de la pose de faux ongles en capsules) présente un véritable danger pour notre santé.
Réactions allergiques, asthme et destruction des tissus
En effet, cette molécule serait si toxique qu'elle causerait des dégâts permanents aux ongles ainsi que des réactions allergiques sévères. "L'ongle, les cuticules et la peau des doigts autour sont sévèrement attaqués, explique le Dr David Orton, membre de l'association des dermatologues de Grande-Bretagne. Par ailleurs, le MMA peut aussi aggraver des troubles asthmatiques“. Bref, un vrai poison!
À l'heure actuelle, le méthacrylate de méthyle (qui entre aussi dans la composition du ciment industriel...) n'est interdit qu'aux États-Unis. Aussi, la prochaine fois que vous vous rendez en institut pour vous faire faire une jolie manucure, n'oubliez pas de vérifier la liste des ingrédients des produits utilisés par votre esthéticienne!
Maintenant, vous savez pourquoi je fais mon café avec une cafetière à filtre en émail!!!

Pollution intérieure 

mardi 22 septembre 2015, 15:24
Ameublement: 31 substances toxiques en ligne de mire
L'Anses publie une liste de 31 substances toxiques utilisées pour la fabrication des meubles, qui devront faire l'objet d'un étiquetage à l'horizon 2020.
Etiqueter pour mieux informer. Le principe, qui se développe dans la distribution alimentaire, fait son chemin dans les espaces intérieurs des Français. Ainsi, depuis 2013, l'étiquetage des produits de construction et de décoration vendus dans l'Hexagone est obligatoire. Le troisième Plan National Santé Environnement prévoit l'extension de cette mesure aux produits d'ameublement.
C'est dans ce contexte que les ministères de la Santé et de l'Ecologie ont saisi l'Anses (L'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail), afin de déterminer une liste prioritaire des substances volatiles utilisées pour la fabrication des meubles, et susceptibles de polluer les espaces intérieurs.
Cancérogènes, mutagènes, reprotoxiques
En effet, " les produits d'ameublement sont constitués de multiples matériaux qui peuvent être traités, décorés ou protégés. Ils peuvent émettre de multiples substances volatiles ou semi-volatiles auxquelles peut être exposée la population générale ", note l'Anses dans un communiqué.
Ce lundi, l'agence publie donc la liste des substances qui devront faire l'objet d'un étiquetage à l'horizon 2020. " Sur la base de la dangerosité des substances et de leur possibilité d'être émises par des produits d'ameublement, 41 substances ont été identifiées comme substances d'intérêt, dont 31 prioritaires ", précise l'Anses dans son rapport.
Ces substances sont toutes classées cancérogènes, mutagènes et/ou reprotoxiques (elles affectent les capacités reproductrices) par les instances européennes et internationales. On les trouve dans le " mobilier rembourré " (permettant de s'asseoir avec un confort d'assise) et la literie (matelas et sommiers hors articles de literie tels que couette, oreiller…), ainsi que dans le " mobilier non rembourré " (meubles de rangement, plans de travail, tables, bureaux, chaises… à base de bois, de composants du bois, de métal, de matériaux plastiques, de pierre…).
Des dizaines d'autres substances toxiques
A noter que si les experts ont retenu 31 substances prioritaires, la liste des matières potentiellement toxiques émanant des meubles est, elle, beaucoup plus longue. Ainsi, au cours de leurs travaux, les auteurs du rapport ont recensé pas moins de 661 substances émises par les produits d'ameublement.
Parmi elles, 472 n'ont pas été hiérarchisées " parce qu'elles n'ont pas été évaluées par le CIRC (Centre international de recherche sur le cancer), et qu'elles ne disposent pas de classification harmonisée, en lien avec le danger sur la santé humaine, selon la réglementation européenne ". Toutefois, les auteurs soulignent que " cette absence de classification harmonisée ne préjuge pas d'une réelle absence de danger ".
Dans l'attente de l'entrée en vigueur de l'étiquetage obligatoire, " un accord volontaire pourrait être négocié avec les fabricants et distributeurs de meubles, les principaux metteurs sur le marché du mobilier de bureau pour les institutions publiques […] et les collectivités, avec comme objectif que 80 % des meubles pour enfants soient étiquetés ", précise l'Anses.
Extrait de la liste des 31 substances prioritaires pour l'étiquetage  - Anses


Gélules, tisanes, phyto, thés, BIO


pollution des meubles

Attention shiitakés!

Shiitakés
dimanche 23 août 2015, 09:50
La consommation du champignon shiitaké alors qu'il n'a pas été suffisamment cuit peut entraîner une réaction toxique au niveau de la peau.
Mise en garde de la DGCCRF
Le shiitaké, ou lentin du chêne, ce champignon d'origine asiatique exporté partout dans le monde, doit être bien cuit avant consommation. Qu'il soit acheté frais, séché ou en poudre, le champignon shiitaké doit être cuit suffisamment avant d'être consommé. C'est le conseil que donne à titre préventif la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF), relayé hier par Le Parisien.
Risque de réaction inflammatoire
En effet, avertit la DGCCRF dans son communiqué, la consommation du champignon à l'état cru ou insuffisamment cuit "peut engendrer des dermatites toxiques dites flagellaires". Des réactions qui se caractérisent par l'apparition de petites lésions sur l'ensemble du corps, ainsi parfois que de grandes stries rouges semblables à des marques de grattage. Démangeaisons assurées, qui peuvent mettre jusqu'à deux ou trois semaines à disparaître…
C'est le lentinane, un polysaccharide présent dans le champignon, qui serait responsable de cette réaction, dont 32 cas ont été attestés en France entre 2010 et 2013. Comme tous les sucres, la molécule est dénaturée par la chaleur, ce qui explique qu'il faille bien cuire le shiitaké avant consommation et ce, insiste la DGCCRF, que le champignon "soit acheté frais, séché ou en poudre".
Des vertus thérapeutiques encore à prouver
Le shiitaké est un champignon parfumé très populaire en Asie de l'est, notamment en Chine où il est utilisé dans la médecine traditionnelle. En dehors de ses qualités gastronomiques, il est souvent consommé comme complément alimentaire, en raison de ses vertus supposées pour la santé. Il est notamment censé stimuler les défenses immunitaires – une allégation qui reste à prouver scientifiquement, a arbitré en 2012 l'Agence européenne de sécurité des aliments (EFSA).
L'extrait de shiitaké est aussi couramment utilisé en Asie pour le traitement alternatif de certains cancers. Quelques études semblent aller dans ce sens, mais les données existantes sont pour l'heure loin de faire consensus. Dans le doute, et pour éviter des problèmes de démangeaisons quant à eux bien attestés, on préférera s'en tenir à la poêlée de champignons…
Si sa culture était limitée au territoire du Japon dans les années 1970, puis de la Chine à la fin des années 2000, elle se développe désormais dans l'Hexagone.
D'une manière générale, la Société mycologique de France rappelle qu'il faut consommer les champignons en petites quantités et jamais à tous les repas. "De plus, il ne faut jamais ramasser les champignons dans les endroits potentiellement souillés ou pollués (bords des routes, composts, champs amendés, etc.), car ces organismes, composés à plus de 80 % d'eau, sont de véritables éponges, et accumulent énormément les composés toxiques".
"Il est utile de noter les heures du ou des derniers repas, l'heure de survenue des premiers signes et de conserver les restes de la cueillette pour identification".

Canada: recherche sur les 

dimanche 16 août 2015, 11:13 ...papiers d'emballage
Des papiers d'emballage tueurs de bactéries inventés à Trois-Rivières (Canada) pourraient révolutionner l'industrie alimentaire en empêchant les éclosions de listériose et de salmonellose.
Testée sur la dangereuse E. coli, ainsi que sur Listeria et Salmonella, l'invention semble jusqu'ici infaillible et c'est une première mondiale.
On la doit à l'équipe du Pr Tarik Jabrane, chercheur au Centre d'innovation des produits cellulosiques, Innofibre, et professeur à l'Université du Québec à Trois-Rivières.
Les savants trifluviens ont cherché dans la nature les bactériophages, c'est-à-dire des tueurs de bactéries, capables de détruire naturellement les pathogènes responsables des plus importantes toxi-infections alimentaires.
Ils les ont ensuite reproduits en laboratoire pour en faire un cocktail de tueurs microscopiques qu'ils ont appliqué sur le papier.
Résultat: dès qu'un pathogène tente de s'installer dans la nourriture placée sur le papier bioactif, les petits tueurs dont il est enduit détruisent l'indésirable en un rien de temps.
Des tueurs microscopiques
Ces gardes du corps microscopiques, les bactériophages, «sont les micro-organismes les plus abondants sur Terre, explique le Pr Jabrane.
Dès qu'il y a une bactérie quelque part, il y a un phage qui se développe en utilisant le matériel génétique de la bactérie. Ça crée un équilibre.»
Le problème, c'est qu'en alimentation des contaminants extérieurs viennent s'introduire dans la nourriture. Alors, trop nombreuses, les bactéries prennent le dessus sur les phages. L'équilibre est ainsi rompu.
La stratégie du Pr Jabrane est de produire un cocktail de phages assez concentré pour que les bactéries n'aient jamais le dessus.
Les phages doivent aussi être assez efficaces pour empêcher les pathogènes de muter et tout ça sans aucune manipulation génétique.
En plus d'avoir le potentiel d'augmenter la sécurité alimentaire, cette invention assurerait de nouveaux débouchés pour l'industrie papetière, qui se verrait attribuer la tâche de produire de nouveaux papiers à haute valeur ajoutée, indique le Pr Jabrane.
L'équipe d'Innofibre doit cependant encore franchir quelques étapes avant que son produit puisse percer le marché.
“On est à regarder les besoins spécifiques des entreprises, explique le scientifique. Il s'agit de faire des alliances stratégiques“.
Prévenir la salmonellose
En attendant que les papiers tueurs de bactéries soient prêts pour la commercialisation, des scientifiques chercheront des moyens d'empêcher l'installation des salmonel­les sur les fruits et les légumes en croissance.
Car ce sont bien ces produits qui sont responsables de la plupart des éclosions de salmonellose et non pas la volaille, comme on a tendan­ce à le penser, indi­que l'Université McGill.
Les végétaux sont en effet contaminés lorsque le sol où ils poussent est pollué par des déchets animaux ou de l'eau non potable.
Les savants devront aussi mettre au point de nouveaux tests de détection et des outils pour permettre aux responsables de découvrir la source des éclosions avec précision et rapidement.
Grâce à leur travail, qui doit s'échelonner sur quatre ans, la salmonellose pourrait se voir purement et simplement “éradiquée“, indique la Dre Rosie Goldstein, vice-principale à la recherche et aux relations inter­nationales à l'Université McGill.
Un papier bioactif est un papier pouvant soit détecter, capturer ou détruire les agents pathogènes. Le développement de papiers bioactifs est une voie de renouvellement attrayante pour l'industrie papetière pour autant que celui-ci puisse être produit économiquement en grandes quantités.  La thèse propose des réponses scientifiques et technologiques aux défis de coût, de qualité et de rapidité de fabrication industrielle de papier bioactif : elle démontre la faisabilité de fabrication de tels papiers.  L'approche suivie a été d'intégrer des agents bioactifs, soit des enzymes ou des bactériophages, post-fabrication du papier (lors de la transformation) dans le but de lui ajouter la fonction de bioactivité.
Nos travaux montrent que, nonobstant le fait que les biomolécules soient considérées comme fragiles, les enzymes et les bactériophages résistent aux contraintes de cisaillement rencontrées lors des procédés industriels d'impression et de couchage du papier.  Si les bactériophages sont partiellement désactivés lors du séchage du papier bioactif, toute ré-humidification du papier, par exemple par les aliments emballés, permet de récupérer tout ou partie de la bioactivité. La bioactivité est améliorée lorsque les bactériophages sont immobilisés en surface, et non dans la masse, du papier de manière orientée afin d'assurer une efficacité maximale du papier bioactif.  Finalement, la protection des bactériophages par une couche de gélatine permet d'étendre considérablement la durée fonctionnelle des papiers bioactifs.  La thèse donne aussi les conditions de vitesse, de pression et de composition des « encres bioactives » permettant de fabriquer de tels papiers.  La thèse constitue donc un document de base dans le domaine de la production industrielle de papiers bioactifs. en grands volumes.

Discrimination: les députés approuvent l'action de groupe

samedi 4 juillet 2015, 14:36
BRAVO!
Les députés ont approuvé hier, mercredi 10 juin, la proposition de loi visant à instaurer une action de groupe en matière de discrimination. Avec ce type de procédure, une ou plusieurs victimes, dans des cas similaires de discrimination, pourront saisir une association ou un syndicat et porter collectivement une action devant la justice civile ou administrative.
L'Assemblée nationale a approuvé hier, mercredi 10 juin,  une proposition de loi des députés socialistes visant à instaurer une action de groupe en matière de discrimination. Un espoir, pour les personnes en situation de handicap, de voir les discriminations systématiques dans l'accès à l'emploi, au logement, aux services, etc., mieux reconnues et plus souvent condamnées.
Des procédures trop longues, trop coûteuses, à l'issue incertaine : près de la moitié des personnes ayant subi une discrimination n'engage aucune action en justice. C'est ce qu'a révélé, en février 2013, une enquête conjointe du Défenseur des droits et du Bureau international du travail. En clair, la loi française contre les discriminations, notamment celle du 27 mai 2008, n'est pas appliquée.
La possibilité d'un recours collectif
" À titre d'exemple, aucune condamnation définitive pour injure à caractère homophobe n'est intervenue à ce jour, depuis 2004 que l'infraction existe ", souligne le préambule de la proposition de loi instaurant une action de groupe en matière de discrimination. Ce texte, présenté hier après-midi à l'Assemblée nationale, institue la possibilité d'un recours collectif dans un cas similaire de discrimination. Il s'appliquera à tous les secteurs de la vie sociale : emploi, logement, accès aux services, etc.
Fédérer les victimes, accélérer la justice
Pour rappel, l'action de groupe, inspirée du modèle américain, est apparue en 2014 en France dans le secteur de la consommation. Elle permet de fédérer les justiciables et d'accélérer les procédures avec un taux de réussite judiciaire, pour les victimes, supérieur aux actions individuelles, du fait de la multiplication des preuves. Selon le rapporteur de cette proposition de loi, le député (PS) Razzy Hammadi, les parents d'enfants handicapés ne pouvant les inscrire à l'école publique pourront mener de telles actions de groupe.
Se tourner vers les associations ou les syndicats
Concrètement, une ou plusieurs personne(s) s'estimant victime(s) de discrimination pourra(ont) saisir une association (comme l'APF) ou un syndicat, les seuls habilités à mener une telle action (article 1er). La procédure, qui pourra viser aussi bien des entreprises privées que publiques, se déroulera devant la justice civile ou administrative et non au pénal ou aux prud'hommes, comme aujourd'hui. Cela ouvre la possibilité d'une réparation financière intégrale du préjudice.
Entrée en vigueur fin 2016?
Voilà pour les grandes lignes. Dans les détails, ce texte – qui va désormais être soumis aux sénateurs – doit encore attendre les arbitrages de la chancellerie. Il doit, en effet, rejoindre le plus vaste projet de loi "Justice du XXIe siècle", qui sera présenté le 24 juin en Conseil des ministres. Selon Razzy Hammadi, l'action de groupe en matière de discrimination pourrait toutefois entrer en application avant la fin 2016.
http://www.faire-face.fr/2015/06/10/ps-discrimination-action-de-groupe/

Les insecticides s'attaquent au cerveau des enfants

Cerveau des enfants, dangers pesticides
samedi 4 juillet 2015, 14:33
Dans un article publié dans la revue Environnement International, des chercheurs de l'INSERM apportent de nouveaux éléments suggérant la neurotoxicité chez l'homme des insecticides du groupe des pyréthrinoïdes. Plus précisément chez les enfants qui verraient leurs performances cognitives diminuées.
Les pyréthrinoïdes constituent une famille d'insecticides largement employée dans divers domaines : agricole (diverses cultures), vétérinaire (produits antiparasitaires) et domestique (shampooing anti-poux, produits anti-moustiques). Leur mode d'action consiste en un blocage de la neurotransmission des insectes provoquant leur paralysie.
Les enfants y sont plus particulièrement exposés : contacts main-bouche, shampooings anti-poux…  Compte-tenu du mode d'action de ces produits, les chercheurs de l'Unité INSERM 1085 (Institut de Recherche sur la Santé, l'Environnement et le Travail, Rennes) avec le laboratoire de psychologie du développement et de l'éducation (Université Rennes 2) ont émis l'hypothèse d'un éventuel effet sur le système nerveux des enfants.
Difficultés de compréhension
Ils se sont penchés sur la cohorte PELAGIE. Cette dernière, mise en place entre 2002 et 2006 prend en compte de façon simultanée l'exposition aux insecticides pyréthrinoïdes au cours de la vie fœtale et de l'enfance. Un total de 287 femmes ont été sélectionnées au hasard.
L'exposition aux insecticides pyréthrinoïdes a été évaluée par le dosage de cinq métabolites dans les urines de la mère et de l'enfant alors âgé de 6 ans. Et les capacités intellectuelles des petits ont été analysées à travers divers tests.
Résultat, une forte exposition est associée à une baisse significative des performances cognitives, en particulier de la compréhension verbale et de la mémoire de travail. "Les conséquences d'un déficit cognitif de l'enfant sur ses capacités d'apprentissage et son développement social constituent un handicap pour l'individu et la société", souligne Jean-François Viel, co-auteur de ces travaux. Lequel insiste sur la nécessité de trouver de réelles mesures de prévention.

https://destinationsante.com/les-insecticides-sattaquent-au-cerveau-des-enfants.html

Boire beaucoup de bière augmente 

Cliquez pour agrandir l'image
dimanche 28 juin 2015, 10:37 ...l'exposition aux mycotoxines, selon une étude espagnole
je ne sais pas si cela fait partie des "recommandations de l'Anses pour bien supporter les fortes chaleur ", encore que boire une petite bière soit parfois très agréable, mais selon une étude espagnole, "Boire beaucoup de bière augmente l'exposition aux mycotoxines"
Des chercheurs de l'université de Valence ont analysé les mycotoxines produites par certains champignons microscopiques dans la bière et les fruits secs, comme les figues et les raisins secs, confirmant que ces produits répondent à la réglementation sur les denrées alimentaire. Seuls les gros buveurs de bière, qui boivent plus d'un litre par jour, la contribution à ce produit à la dose journalière n'est pas négligeable, approchant ou dépassant même le niveau de sécurité sanitaire.
Les mycotoxines sont des métabolites toxiques produits par des champignons qui contaminent les fruits, les céréales et les produits dérivés. Des scientifiques de l'université de Valence ont analysé les mycotoxines du genre Fusarium dans 154 marques de bière présentes sur le marché européen.
Les résultats, publiés dans la revue Food Chemistry, confirment que l'exposition du consommateur moyen à ces toxines est faible et qu'elle ne comporte aucun risque toxicologique associé. Même les deux plus abondantes mycotoxines, le déoxynivalénol ou DON, qui est présent dans près de 60% des échantillons, et le la toxine HT-2 présente dans 9% des cas, sont présents à " des niveaux qui ne peuvent pas être considérés comme élevé ", comme le rapportent à SINC, Houda Berrada et Yelko Rodríguez du département de médecine préventive de l'université de Valence et co-auteurs de l'étude.
Les concentrations moyennes de DON et de HT-2 détectées dans les bières ont été proches de 30 µg/L. Il n'y a aucune limite maximale légale de mycotoxines dans ces boissons, mais en général, cette valeur est faible par comparaison avec la limite maximale de DON établie par la législation de l'UE pour les aliments à base de céréales et fixés à 200 µg de DON par kg.
Ainsi, l'étude souligne que, chez les personnes qui boivent beaucoup de bière, la contribution de ces substances nocives à la dose journalière " n'est pas négligeable, approchant ou dépassant même les niveaux de sécurité sanitaire ". La dose journalière admissible (DJA) maximale établie provisoirement par le Comité scientifique sur les aliments, une organisation qui conseille la Commission européenne, est considérée comme une référence.
"Considérant que la consommation d'une quantité d'un litre par jour des marques de bière qui ont montré les niveaux de contamination les plus élevés, l'apport de déoxynivalénol seraient équivalents à 60% de la DJA maximale, et le niveau de sécurité pour la toxine HT-2 serait dépassé", fait remarquer Berrada.
La chercheuse insiste pour dire que ces types de consommateur sont exceptionnels, et même si quelqu'un boit un litre de bière par jour, "avant d'avoir des problèmes liés à la toxicité des mycotoxines, il ou elle aurait d'autres problèmes, comme des problèmes de foie“.
L'étude révèle que la consommation de bière varie beaucoup entre les pays européens. Pour la population espagnole, la FAO constate qu'elle est 75,3 kg/an, comparativement à la moyenne européenne qui est de 70,1 kg/an (équivalent à environ 0,19 L/jour). Selon les chiffres de cette institution, l'Irlande est le pays où l'on boit le plus de bière (142,8 kg/an), suivie par la République Tchèque (136,6 kg/an) et l'Autriche (107 kg/an).

Tous les accessoires de mode: Cliquez sur l'image

 

 

   

Tous les accessoires de mode: Cliquez sur l'image

 

 



Copyright © 2011. Tous droits réservés.
Site entièrement réalisé par Josyane JOYCE
www.cuisine-toulousaine.com
www.josyanejoyce.com
www.joyce-voyance.com

Cliquez ici pour vous abonner à ce flux RSS
www.nos18ansenmai68.com
www.joyce-reves.com