STOP AUX PLASTIQUES TOXIQUES!

Halte aux matériaux plastiques!

TOUS LES DANGERS DES USTENSILES EN MATERIAUX NOUVEAUX!


L'essentiel de notre nourriture est produite grâce à des équipements et des produits (engrais, insecticides, etc.) à base de pétrole, pour être ensuite acheminée à notre supermarché préféré grâce à des moyens de transports qui carburent à l'énergie fossile.
Les polymères, l'un des principaux dérivés du pétrole, sont omniprésents dans notre quotidien. Comme ils peuvent être rigides ou élastiques, transparents ou opaques, super absorbants ou imperméables, solubles ou insolubles dans l'eau, thermoplastiques ou thermodurcissables, conducteurs d'électricité ou isolants, ils entrent dans la conception d'une infinité de biens indispensables à notre qualité de vie.
À la maison, le matelas sur lequel nous dormons, la douillette dans laquelle nous nous enveloppons et pratiquement tous les produits nécessaires à notre toilette matinale dépendent des hydrocarbures. Le polyester, le nylon et autres tissus synthétiques, la tuyauterie et l'isolation, les planchers et la peinture, les électroménagers et les appareils électroniques comme les téléviseurs, les ordinateurs et les téléphones, les articles en Téflon, les meubles de jardin et les lentilles cornéennes n'existeraient pas, sans la précieuse substance noire.
En matière de santé, les équipements médicaux, les seringues, les gants de latex, les vitamines, les antihistaminiques, les valves cardiaques, les prothèses, et un grand nombre de médicaments doivent leur existence au pétrole. Même le sirop contre la toux en contient.

L 'extrait d'ail s'est révélé cent fois plus efficace pour tuer les bactéries que les antibiotiques car il parvenait mieux à traverser le biofilm et à agir sur une enzyme entraînant la mort des cellules bactériennes
Nous adorons les nouveaux look des ustensiles de cuisine: tant de couleurs diverses et de jolies formes nous donnent envie de cuisiner sans fin! mais hélas, peut d'entre nous savent qu'ils contiennent des substances toxiques et dangereuses pour notre organisme.

Voir aussi Téflon

Silicone

Il existe de forts risques pour la santé du Bisphénol-A (BPA), substance chimique présente dans les bouteilles en plastique et les récipients alimentaires, des boîtes de conserve métallique et des cannettes de boisson.
Téflon
Cliquez pour agrandir l'image
Le polycarbonate est un plastique transparent, facile à modeler et résistant bien à la chaleur. C'est le plastique des CDs, des lentilles de contact, des téléphones portables, des bouteilles d'eaux minérales et il a souvent remplacé le verre par exemple dans les biberons. Le polycarbonate est constitué essentiellement de bisphénol A (BPA), le produit chimique le plus produit au monde, deux millions de mètres cubes ont été produits en 2008 et la demande s'accroît de 6 à 10 % par an.

En terme de santé humaine, il est démontré que le bisphénol A peut simuler l'hormone estradiol (oestrogène). Des études menées chez des animaux, mis en contact avec ce produit, ont montré une augmentation des cancers de la prostate et des seins, des anomalies des organes reproducteurs (la prostate), une réduction de la qualité du sperme, une maturation sexuelle précoce chez les femelles, des troubles métaboliques à type de diabète et d'obésité et des déficits de l'attention avec hyper-activité ainsi que des effets potentiels sur le cerveau, les foetus et les jeunes enfants"

Voir plus bas également
pour les biberons, par exemple:
Une diffusion de BPA est déjà détectée lors du lavage simple à l'eau (concentration : 0,109 mg.l-1). Quatre des cinq détergents utilisés provoquent un relargage de BPA jusqu'à 500 fois plus élevés que lors d'un rinçage à l'eau. Il a fallu ensuite 3 et parfois 4 rinçages successifs à l'eau pure pour retrouver des taux de BPA bas dans les biberons. Cela confirme que le relargage du BPA ne dépend pas simplement de la diffusion. Le polycarbonate s'altère vite. La commission européenne devrait revoir sa directive de 1982  (82/711/EEC) et réaliser des tests utilisant des matériels ayant déjà été utilisés.

Je vous recommande l'arrêt de l'utilisation du BPA. Afin de l'éviter, vous pouvez utilisez par exemple des biberons en verre. Ou, bien sûr, ne plus chauffer le biberon au micro-ondes

Lutter contre l'électromagnétisme


Autres conseils bisphénols


Dernières découvertes de la recherche

Bisphenols

Il est partout !

et dans des endroits que vous n'auriez pas imaginé. Par, exemple lisez cette publication:
Bisphénol A : la nouvelle alerte des chercheurs toulousains
Ticket de caisse, stylos en plastique, CD Rom ou DVD: les bisphénols A sont présents partout
Une équipe de chercheurs Toulousains vient de découvrir que les bisphénols A pouvaient se transmettre par simple contact avec la peau. Les tickets de caisse sont visés.
C'est une découverte majeure que vient de réaliser une équipe de chercheur de l'Institut national de recherche agronomique (Inra) de Toulouse. Emmenées par le biologiste Daniel Zalko, les équipes de l'Inra, en collaboration avec les laboratoires Pierre Fabre, ont mis en évidence que les bisphénols A (BPA), une substance chimique présente dans les plastiques, peuvent se transmettre par simple contact avec la peau. En cause: les papiers thermiques et notamment les tickets de caisse.
Après les biberons, les tickets de caisse
Aujourd'hui après des études menées sur de la peau de porc, les équipes toulousaines ont découvert que les bisphénols étaient aussi présents sous forme libre dans une grande partie des papiers thermiques. Autrement dit, les tickets de caisse ou de carte bleue contiennent une "assez grande quantité" de bisphénols utilisés comme révélateur dans la coloration à l'impression. Les études ont montré que les deux tiers des bisphénols mis en contact avec la peau de porc traversaient la barrière cutanée et se retrouvaient dans l'organisme. En août dernier, une équipe américaine de chercheurs a rapporté que des niveaux résiduels de BPA étaient plus importants dans l'organisme des hôtesses de caisse. Sur un seul reçu, on pourrait trouver jusqu'à douze fois la dose plafond tolérée. Les facturettes contiendraient ainsi mille fois plus de BPA que les boîtes de conserve. Une vraie bombe à retardement en matière de santé publique.
Les chercheurs toulousains soupçonnaient qu'une autre porte d'entrée que la contamination alimentaire existaient car les taux de BPA élevés retrouvés chez certaines personnes ne pouvaient pas s'expliquer. Cette enquête met à mal les recommandations des agences sanitaires française ou européenne qui refusent de se prononcer sur la dangerosité de ce nouveau mode de contamination, demandant que d'autres études soient lancées.


Où encore les trouve-t-on?

Ce pictogramme doit vous alerter Contenants alimentaires et bisphénol A : conseils pratiques
Conseils pour reconnaître les contenants et ustensiles contenant du BPA et recommandations d'usage
En matière de plastiques alimentaires, le bisphénol A est actuellement utilisé pour :
la fabrication d'une matière plastique : le polycarbonate qui est un plastique dur, transparent, recyclable… Il peut être confondu avec des matériaux tels que le plexiglas ou le polypropylène, par exemple…
la fabrication de certaines résines époxydes qui servent de vernis de revêtement à l'intérieur de certains contenants alimentaires. Les vernis sont destinés à la protection des emballages métalliques et constituent un film continu de très faible épaisseur.
Il est très difficile en l'absence de mentions d'étiquetage précises sur les contenants d'être sûr de l'absence de bisphénol A. Toutefois, dans les cas les plus courants, les principes suivants permettent de déterminer les contenants alimentaires les plus susceptibles de constituer une source de bisphénol A.
Reconnaître un ustensile en polycarbonate
A ce jour, le marquage des plastiques alimentaires n'est pas obligatoire même s'il est couramment pratiqué par les fabricants. Le pictogramme dans lequel sont inscrits les chiffres 1 à 6 permet de savoir que le matériau n'est pas du polycarbonate. Lorsque celui-ci présente le chiffre 7 (cf. ci-dessous) qui correspond aux " utres plastiques", le matériau peut être composé d'une large gamme de matières plastiques, sauf s'il porte en dessous le sigle PC qui indique qu'il s'agit de polycarbonate. Sans marquage spécifique, le polycarbonate est un matériau difficilement reconnaissable d'autres matières plastiques rigides sans risque d'erreurs. Ce composé peut être présent dans une gamme variée d'ustensiles de cuisine: blender (mixer), boites hermétiques micro-ondes, cuves d'auto-cuiseur, douilles de pâtisserie, pichets, bacs de réfrigérateur,…
Reconnaître les boites de conserves susceptibles de contenir du bisphénol A
En ce qui concerne les boites de conserves métalliques, il est aujourd'hui très difficile de reconnaître avec certitude celles susceptibles de contenir du bisphénol A. Les pratiques industrielles, notamment en France, ont probablement évolué suite aux discussions sur ce composé et ont donc potentiellement entraîné une réduction d'emploi du bisphénol A. On peut toutefois indiquer que :
Les conserves en verre ne contiennent généralement pas de bisphénol A (à l'exception possible du vernis présent sur le bouchon).
Les boites de conserves métalliques (canettes, boites rectangulaires, boites cylindriques…) peuvent être classées en 2 catégories :
Produits a priori sans bisphénol A : Boites composées de " 2 pièces " uniquement, un corps, obtenu par emboutissage d'une feuille métallique, et un couvercle serti après remplissage, c'est le cas, notamment, des canettes ;
Pour les autres: Boites composées de " 3 pièces ", un corps et 2 éléments sertis (fond et couvercle), c'est essentiellement le cas des boites de conserve cylindriques. Dans ces boites, la présence de bisphénol A est possible et d'autant plus probable que l'aliment concerné est acide.
Sources alimentaires potentielles d'exposition au bisphénol A
La consommation de produits conditionnés en boites de conserves susceptibles de contenir du bisphénol A (et également le réchauffage d'aliments directement dans de telles boites de conserves),
L'usage alimentaire d'ustensiles ou de contenants ne portant pas un marquage permettant d'exclure la présence de polycarbonate (1 à 6) et plus particulièrement :
Le stockage prolongé de denrées alimentaires dans de tels contenants
L'utilisation de contenants abîmés (rayés, usés…)
Le réchauffage des produits au four à micro-ondes dans des contenants réutilisables susceptibles de contenir du bisphénol A ou la cuisson dans des appareils où les aliments sont en contact avec du polycarbonate (cuit-vapeur,…). 

Quels sont les vrais risques pour notre santé?
Depuis quinze ans, les chercheurs mettent en évidence les effets du bisphénol A sur les récepteurs hormonaux notamment. Les bouteilles d'eau exposée à de fortes chaleurs (stockage en plein soleil) laissent échapper d'infimes particules de cet œstrogène de synthèse qui se diffusent dans l'eau. Le processus est le même pour les boîtes de conserve ou les biberons des bébés surtout s'ils sont passés au micro-ondes. Les BPA sont suspectés d'être impliqués dans plusieurs cancers, dans l'altération de la reproduction, le diabète, l'obésité.
Les pathologies de l'hyperactivité des enfants pourraient aussi être liées au bisphénol. Plus grave il serait responsable de perturbations du système endocrinien en particulier pour les bébés. à la clef, des troubles hormonaux qui pourraient être à l'origine de pubertés précoces chez les filles et d'une baisse de la fertilité chez les garçons.
Pour le chercheur Toulousain Daniel Zalko, ces risques doivent être pris au sérieux car les premières années de l'enfant sont des "périodes critiques" durant lesquelles les polluants chimiques doivent être sinon bannis, au moins réduits au maximum. Les toxicologues s'inquiètent aussi des effets à long terme de ces substances qui sont proportionnellement présentes en plus grande quantité dans le corps des enfants que dans celui des adultes. Les équipes toulousaines cherchent enfin à déterminer les conséquences du bisphénol sur le système immunitaire humain. Le but est de déterminer le rôle actif des BPA dans la survenue de cas d'obésité mais aussi dans la manière dont les dérèglements hormonaux affectent la thyroïde et pourraient être à l'origine de cancers hormonaux-dépendants, comme ceux des testicules ou du sein.

Même si les doses auxquelles sont exposés les consommateurs sont infimes, les chercheurs pensent qu'à long terme, le bisphénol A peut avoir des conséquences sur la santé, appelant à l'application du principe de précaution.
N'oubliez pas que la peau est une porte d'entrée dans l'organisme. Ce n'est pas un poison violent mais on le soupçonne de produire des effets sur l'organisme humain même s'il est absorbé à de faibles doses mais de manière répétée. Il peut être à l'origine de troubles dans le développement des glandes mammaires et du système nerveux, dans la taille de la prostate ou encore générer des effets obésogènes.
Les chercheurs travaillent depuis 2003 pour vérifier si les bisphénols sont capables de traverser la barrière placentaire. On a ainsi administré du bisphénol A à faible dose à des souris. On s'est rendu compte que 5 % de la dose passait la barrière placentaire. Cette tendance a été confirmée chez les fœtus humains.
Menaces sur la thyroïde
Le lien entre les produits chimiques, phtalates, bisphénol A (BPA) et les niveaux d'hormone thyroïdienne a été confirmé par l'Université du Michigan dans cette étude sur l'impact “domestique” de ces substances chimiques sur la fonction thyroïdienne chez les humains. Ces conclusions sont publiées dans l'édition du 11 juillet de la revue Environmental Health Perspectives.
Cette étude qui portait principalement sur des adultes souligne la nécessité de davantage de recherches sur les adultes, d'une part parce que les phtalates et le BPA sont des composés chimiques présents dans des solvants, des plastiques alimentaires et des produits ménagers courants, donc l'exposition à ces substances est domestique et quotidienne et leurs effets sur la thyroïde sont particulièrement sensibles pour les femmes enceintes et les enfants car, durant leur développement, les enfants peuvent être particulièrement vulnérables aux perturbations dans les niveaux d'hormones thyroïdiennes liées à ces expositions. Par ailleurs, les auteurs rappellent que les hormones thyroïdiennes jouent un rôle important dans de nombreuses fonctions du corps, de la reproduction au métabolisme en passant par l'équilibre énergétique.
Menée sur les données de l'US National de Santé et de Nutrition Examination Survey (NHANES), cette recherche compare les métabolites urinaires et les niveaux d'hormones de la thyroïde pour 1.346 adultes et 329 adolescents. 
Elle montre que
de manière générale, une plus grande concentration de phtalates et BPA urinaires est associée à une plus forte incidence sur les mesures de l'hormone thyroïdienne,
la relation est inverse entre les marqueurs urinaires de l'exposition et les niveaux de l'hormone thyroïdienne, signifiant que l'augmentation des métabolites urinaires est liée à une diminution de certains taux sériques d'hormones thyroïdiennes,
que la plus forte relation entre les perturbations de la thyroïde est liée au DEHP (Bis(2-ethylhexyl)phtalates), un phtalates couramment utilisé comme plastifiant et que l'exposition primaire au DEHP est alimentaire. Les échantillons d'urine les 20% plus élevés en DEHP ont été associés à une diminution de 10% de certaines hormones thyroïdiennes par rapport aux échantillons d'urine les 20% les moins élevés. Le Dr. Howie Meeker, auteur de l'étude précise: “Si cela être une différence négligeable, comme elle porte sur l'ensemble de la population exposée, les effets de l'exposition ne sont pas négligeables en termes de Santé publique”.
Un autre phtalates, le DBP (phtalates de Dynutil), un “plastifiant” également utilisé dans les solvants et les produits de soins personnels a été étudié mais sans pouvoir identifier de relation significative entre l'exposition et les mesures des hormones de la thyroïde.

Avez-vous peur des plastiques toxiques?






  Voir les résultat










*Quels matériaux faut-il éviter ? 

Il existe plusieurs  plastiques de type polysulfone, dont certains utilisent le BPA comme  co-monomère associé. Il faut s'assurer auprès du fabricant de l'absence du BPA. Le polypropylène n'est pas connu pour contenir du BPA.
Le groupe scientifique de l'Agence Européenne pour la Sécurité Alimentaire a émis un avis le 29 novembre 2006 sur les additifs alimentaires, les arômes, les auxiliaires technologiques et les matériaux en contact avec les aliments [AFC] relative au 2,2-BIS (4-HYDROXYPHÉNYL) PROPANE (Bisphénol A) qui contient le paragraphe suivant (Question nº: EFSA-Q-2005-100) :

Utilisation dans les matériaux en contact avec les aliments
Le BPA est présent dans certains matériaux en contact avec les aliments car il est utilisé dans la production du polycarbonate et de résines époxy-phénoliques. Le polycarbonate est un plastique très utilisé dans les articles tels que les biberons, la vaisselle (assiettes, tasses, carafes, gobelets), la vaisselle pour four à micro-ondes, les boîtes de conservation, les bouteilles d'eau et de lait recyclables, ainsi que les conteneurs d'eau réutilisables. Le polycarbonate est également utilisé dans les canalisations d'eau. Les résines époxy-phénoliques sont présentes dans le revêtement intérieur de protection des cannettes et des boîtes de conserve ainsi que dans les couvercles métalliques des pots et des bouteilles en verre. Les résines époxy-phénoliques sont également utilisées comme revêtement de surface pour les conteneurs d'eau potable et les cuves à vin.

Avant d'acheter un objet en plastique, il faut regarder le code de recyclage.
L'obligation est de mettre le code de recyclage, c'est ainsi qu'on peut identifier les sources possibles de bisphénol A : on trouve le BPA surtout dans le 7 (poly carbonate) et de façon mois importante dans le  3 (PVC) et 6 (polystyrène).

S'il n' y a pas de code , il vaut mieux éviter. Le n° est inscrit dans un triangle au culot du biberon ou de la bouteille. Si c'est un n°7, il peut contenir du polycarbonate fait à partir de bisphénol A (ainsi que les n° 3 et 6 dans une moindre mesure). Plus la température est élevée, plus la migration de BPA est élevée. 
Le code de  recyclage n°1 correspond au  PET (Polyéthylène Téréphtalate). Il ne contient pas de BPA. Mais il y a une discussion sur le relargage d'un phtalate comme le DEHP, qui lui aussi est un perturbateur endocrinien. Cette question devrait être examinée au regard des données récentes sur le sujet.
En ce qui concerne l'aluminium, la question est de savoir s'il y a un revêtement en polyépoxy, qui lui est une source de BPA.  S'il n'y a aucun code de recyclage, il vaut mieux être prudent.

ENTRETIEN DE VOS USTENSILES EN INOX OU FONTE PLUS BAS SUR LA PAGE
Alimentation et boissons
Les cannettes pour boissons, de même que les réservoirs de stockage et les fûts à vin, à bière ou destinés à d'autres denrées, sont pourvus, à l'intérieur, d'une couche d'époxyde.

UTILISER UNIQUEMENT

tout en verre, inox; grès, porcelaine, AUCUN PLAT ANTI-ADHERENT
papier et cartons bruts, sans pellicule ou films pour les rendre non poreux

S.V.P n'utilisez pas de bouilloire plastique

Comme vous l'avez déjà lu dans les dossiers, les produits plastiques sont nocifs pour les contenus; surtout s'ils sont chaud... faites l'effort d'acheter une bouilloire TOUT INOX.
Malgré ce qu'on croit généralement, un objet plastique que vous utilisez depuis des années n'est pas moins dangereux qu'un objet plus récent... Utilisé avec des liquides chauds ou froids, un objet en plastique relargue en permanence des substances toxiques et ce, malgré le temps qui passe; je pourrais dire que c'est encore plus dangereux.
  • A EVITER
  • La mélamine: dans tous ses états couleurs ou pas: mugs, assiettes, carafes...
  • tous les contenants plastiques -style boîtes micro-ondables (sic) assiettes, couverts de pique-nique... attention au petit électroménager, prenez de l'inox toujours
  • - l'aluminium, des barquettes par exemple ou couverts, ou ustensiles ou boites conserves
  • les ustensiles de cuisson avec revêtements anti-adhérents
  • n'enveloppez pas vos aliments dans des films polymachins ni papier alu.... pas de légumes surgelés en poches -mais, c'est impossible d'en trouver, sauf vos légumes du jardin

savoir plus sur le papier de cuisson


Astuces au hasard


 

 







Conserves en verre: Oui, c'est plus cher, parfois

...mais votre santé est votre seul capital et votre bien le plus précieux.
Vous n'imaginez pas combien cela peut-être épouvantable de perdre sa santé, ainsi comme cela, du jour au lendemain, à cause d'une longue maladie qui, parfois est cause de décès et/ou de sévères séquelles ou handicap.

La santé de vos proches, de ceux que vous aimez, aussi est très importante.

Alors, n'hésitez pas: du papier, du bois, du tissu végétal, des matières naturelle ou de l'inox, de la porcelaine blanche, du grès non peint.

Pour en savoir plus, cliquez sur ce lien; je tiens à remerciement chaleureusement les personnes bénévoles qui recherchent des informations si précises et documentées. Je tiens à remercier plus particulièrement Anne et FREDE qui sont les piliers du blog.

http://www.influenzah5n1.fr/index.php?topic=9986.0

L'exposition au Bisphénol A doit être divisée par 10 selon l'EFSA

dimanche 19 janvier 2014, 09:17
Au vu des dernières données scientifiques disponibles, l'Autorité européenne pour la sécurité des aliments (Efsa) a annoncé ce 17 janvier qu'elle recommanderait bientôt un abaissement drastique des seuils d'exposition tolérés au Bisphénol A (BPA). L'autorité confirme "sa nocivité pour l'être humain", l'exposition au BPA pouvant avoir des effets sur plusieurs organes.
Si sa toxicité est avérée, les dangers que peuvent représenter l'exposition au Bisphénol A pour la santé se précisent. Un rapport intémédiaire, avant l'avis final en mars, de l'Autorité européenne pour la sécurité des aliments (Efsa) met en garde des effets nocifs de la molécule de synthèse sur le foie, les reins et la glande mammaire.
"Nos experts ont identifié des dangers pour la santé associés à l'exposition au BPA", qui est "susceptible d'avoir des effets défavorables sur les reins et le foie, ainsi que des effets sur la glande mammaire", a averti vendredi l'EFSA.
"Une préoccupation potentielle pour la santé humaine"
"Préoccupation pour la santé humaine". Les "effets possibles du BPA sur les systèmes reproductif, nerveux, immunitaire, métabolique et cardiovasculaire, ainsi que sur le développement de cancers (...) pourraient constituer une préoccupation potentielle pour la santé humaine", bien qu'un "lien entre le BPA et ces autres effets soit actuellement considéré comme improbable", juge aussi l'Agence.
Diviser l'exposition par 10. Les experts recommandent en conséquence que "la dose journalière tolérable (DJT) pour le BPA soit abaissée, de son niveau actuel de 50 µg par kg de poids corporel par jour à 5 µg par kg par jour". Ce seuil serait "établi sur une base provisoire".
Risque sanitaire faible
L'Efsa précise que "le risque sanitaire pour tous les groupes de population est faible, y compris pour les foetus, nourrissons et jeunes enfants", au vu des niveaux réels d'exposition des consommateurs à cette substance chimique, présente dans de nombreux contenants alimentaires.
Pour boucler son évaluation, l'Efsa va mener une consultation publique en ligne jusqu'au 13 mars 2014. "Une grande partie de la science qui sous-tend ces conclusions est en constante évolution", avec en conséquence "un certain nombre d'incertitudes", soulignent ses experts.
Interdit dans les biberons. L'Agence avait lancé cette remise à jour de ses données sur le BPA en mars 2012, sur fond d'inquiétude croissante des consommateurs et des autorités nationales, notamment françaises, envers cette substance, suspectée d'être un perturbateur endocrinien.
Le BPA, également présent dans les tickets de caisse électronique, a ainsi été interdit dans les biberons depuis janvier 2011 dans l'UE. Biberons, boîtes en plastiques, conserves, bouilloires...
Le bisphénol A se trouve dans la plupart des emballages alimentaires en plastique. Les personnes les plus sensibles à cette molécule sont les femmes enceintes et les enfants. Les conséquences de cette substance chimique sont prouvées chez l'animal mais soupçonnées chez l'homme. Quatre types d'effet ont potentiellement été identifiés : sur le cerveau et le comportement, l'appareil reproducteur femelle, le métabolisme et l'obésité, la glande mammaire du sein.
Un perturbateur endocrinien omniprésent
S'il est présent dans la plupart des produits (bouteilles réutilisables,  gobelets, ustensiles de cuisine jetables, bouilloires électriques, et même CD, DVD, téléphones portables, dispositifs médicaux...), ce sont les revêtements alimentaires qui sont dans la ligne de mire de l'Anses. Ils contribuent, en effet, à plus de 80% à l'exposition du bisphénol A. Ses principales sources sont les produits conditionnés en boîtes de conserve (qui représentent 50% des sources alimentaires) et dans une moindre mesure les bonbonnes d'eau en polycarbonate.

L'Agence de l'alimentation et de l'environnement (Anses) pointe aussi du doigt les tickets de caisse qui contiennent du bisphénol A. Les caissières sont donc particulièrement visées par cette mise en garde. Là aussi, la préoccupation va essentiellement aux femmes enceintes, en raison des risques pour les futurs bébés.
Comment l'identifier ?
Pour éviter le bisphénol A, il faut se référer aux sigles de recyclage. Les objets contenant du bisphénol A sont marqués d'un triangle avec un chiffre au centre. Les chiffres à éviter sont le 3 correspondant au PVC (polychlorure de vinyle) et le 7 correspondant au polycarbonate. Quant aux conserves, il n'existe pas d'indication précise. Seuls les bocaux en verres et les emballages en carton ne contiennent pas de bisphénol A. Mais,"il est très difficile en l'absence de mentions d'étiquetage précis sur les contenants d'être sûr de l'absence de bisphénol A", souligne le rapport de l'Anses.
Comment l'éviter ?
L'utilisation de récipients en verre pour la conservation et le réchauffage des aliments est préconisé. Mieux vaut limiter également la consommation de boîtes de conserves susceptibles de contenir du bisphénol A. Enfin, le réchauffage des produits au four à micro-ondes dans leur conditionnement d'origine est à éviter.
Cette substance toxique serait notamment utilisée dans les résines dentaires. Des spécialistes alertent sur les risques pour notre santé.
Selon, Iona Pratt, présidente du groupe scientifique de l'Efsa sur ce dossier, "l'exposition des consommateurs au BPA est inférieure" à cette nouvelle DJT provisoire. "Les niveaux actuels d'exposition sont également bien inférieurs" aux seuils que l'Agence veut réduire, a affirmé à l'AFP le porte-parole de l'Efsa, Steve Pagani.
Pour boucler son évaluation, l'Efsa va mener une consultation publique en ligne jusqu'au 13 mars 2014. "Une grande partie de la science qui sous-tend ces conclusions est en constante évolution", avec en conséquence "un certain nombre d'incertitudes", soulignent ses experts.
L'Agence avait lancé cette remise à jour de ses données sur le BPA en mars 2012, sur fond d'inquiétude croissante des consommateurs et des autorités nationales, notamment françaises, envers cette substance, suspectée d'être un perturbateur endocrinien.
Le BPA, également présenté dans les tickets de caisse électronique, a ainsi été interdit dans les biberons depuis janvier 2011 dans l'UE.

Entretien inox et fonte

Cliquez pour agrandir l'image
Conseils d'entretien généraux pour l'inox et la fonte
Pour en préserver la qualité et la durabilité, rappelons que TOUT ustensile, poêlon, chaudron, casserole, etc. doit être préchauffé doucement AVANT d'être chauffé à haute température, en s'adaptant au combustible utilisé, bois, charbon, gaz, ou électricité.
Il faut d'abord laisser la chaleur pénétrer en profondeur et en douceur.
Si vous chauffez de l'huile, allez-y doucement ensuite, si vous chauffez de l'eau vous pouvez monter la température plus rapidement MAIS attendre que l'eau soit tiède si vous souhaitez ajouter du sel, le mélange eau froide et sel altère la qualité de l'inox à la longue.
La fonte, émaillée ou non ne doit PAS être lavée au savon ni laissée à tremper dans l'eau.
Si vous avez cuisiné avec un corps gras ou une huile, essuyer avec un papier (sac recyclé, papier à lettre...) pour absorber tout ce qui est possible de retirer d'abord et lavez à l'eau très chaude en frottant. Ranger parfaitement sec.
On peut repatiner un ustensile en fonte brute, en essuyant une couche d'huile vierge et en la faisant ''chauffer'' au four à moyenne température, plusieurs couches pour un ustensile neuf ou une couche d'entretien occasionnelle.
N'hésitez pas à acheter des ustensiles usagés en fonte même si ils sont rouillés en surface mais encore en bon état. Un coup de sablage et ponçage, un polissage au papier émeri et pour finir une patine à l'huile et c'est mieux qu'un instrument neuf dont on ne sait pas avec quoi il est ''revêtu''.
Il faut se méfier d'un acier inox qui est ''piqué'', il commence à se désagréger et doit être jeté dans  le bac à ferraille pour le recyclage. (JAMAIS dans les poubelles habituelles.)
L'inox 18/10 contient 18 % de chrome et 10% de nickel, plus 72 % de fer. 18/10 est le meilleur rapport / alliage trouvé sur le marché. L'acier inoxydable est un alliage à base de Fer (Fe); c'est le chrome (Cr) qui lui confère la résistance à la corrosion et à l'oxydation
le Nickel(Ni) augmente la résistance et le durcissement de l'acier
L'ajout de carbone C augmente la résistance à la traction (acier); il n'y en pas dans les marmites car elles ne sont pas prévues pour servir de projectiles ...
Sous l'appellation inox alimentaire est regroupée une grande majorité d'inox. Pour être utilisé en alimentaire, les inox doivent contenir au minimum 13% de Chrome, moins de 4% de titane, molybdène, aluminium et cuivre et moins de 1% de tantale, niobium et zirconium. L'inox alimentaire est neutre et ne réagit pas avec les aliments ...
Dans certaines marmites haut de gamme, les fabricants ajoutent une semelle de cuivre (meilleur conducteur de la chaleur) "enrobée" d'inox. On appelle ça un double fond.
La fonte est composée en moyenne, 93.7 % de fer, 3.6 % de carbone, 2.4 % de silicium fondue à 1350 °C.
Vous trouverez de nombreuses autres fontes, des fontes émaillées, des fontes aluminium, ces fontes-là sont toutes avec revêtement, même si elles sont noires, elles sont émaillées noires mat, ou alors revêtues avec des matériaux à base de PTFE ou autres revêtement à base de pierre volcanique ou de schiste. Il faut alors se poser la question de savoir comment sont fixés tous ces revêtements et quelle est leur durée de vie?
Quelles différences de cuisson avec les poêles en fer?
  • La fonte est conçue pour faire des cuissons mijotées, des volailles etc... Le fer est adapté pour des cuissons plus rapides comme des œufs, omelettes etc... la faible épaisseur du fer ne permet pas de faire mijoter pendant des heures sinon cela va accrocher, la fonte est là pour ça! La poêle en fer est idéale pour réchauffer des aliments rapidement, elle est plus légère et tout aussi efficace que la fonte. Cependant des crêpes, des blinis etc se font dans la fonte qui conserve bien la température entre chaque passage. L'utilisation et l'entretien sont identiques sur une poêle en fonte ou sur une poêle en fer. Le fer deviendra noir une fois culotté et son utilisation illimitée.
Peut-on chauffer de l'eau dans la fonte
  • Il n'est pas conseillé. La fonte n'est pas prévue pour cela, le temps de chauffe sera plus long. Dans ce cas, l'inox est approprié à ce type de cuisson, à l'eau ou à la vapeur. Il est tout à fait possible de cuisiner des légumes à l'étouffé dans une sauteuse en fonte, avec son couvercle, mais SANS ajouter d'eau, seulement l'humidité des aliments suffit pour la cuisson, à basse température
Est-ce que les aliments accrochent dans la fonte
  • NON, absolument pas! il n'y a pas besoin d'avoir des revêtements chimiques à base de PTFE pour éviter l'adhérence! Dans la fonte, si les aliments accrochent, cela provient UNIQUEMENT de la température trop élevée, et seulement pour cette raison. Le plus important est de préchauffer légèrement votre fonte avant d'y déposer vos aliments. Faites d'abord préchauffer, ensuite posez vos aliments et laissez les cuire en progressivement, dans le cas de pomme de terre, uniquement à la fin de la cuisson, montez le feu plus fort pour bien les dorer, et coupez le feu, la fonte à le gros avantage d'avoir une forte inertie, ce qui veut dire qu'en plus, elle vous fera faire des économies d'énergie.
Comment saisir une viande si l'on ne peut pas monter la température ?
  • Dans les ustensiles grills seulement, vous pouvez monter le feu aussi fort que vous le souhaitez dans le but d'avoir une viande à cuisson saignante / saisie. Dans ce cas, il n'est pas nécessaire de graisser votre fonte. Dans le cas d'une cuisson plus lente, le procédé est le même qu'une poêle traditionnelle (voir question ci-dessus).
Peut-on faire des œufs ou des crêpes ?
  • Absolument, toujours le même procédé. Graissez très légèrement la fonte pour qu'elle s'imprègne de matière grasse, il n'est pas nécessaire d'en mettre beaucoup, juste un voile suffit. Ensuite préchauffez et c'est parti! Dans le cas des crêpes, il n'est pas nécessaire de graisser entre les crêpes, elles se décollent sans problème. Si elles adhèrent, c'est que la fonte est trop chaude!
BOUTIQUE





A LIRE SI VOUS LAISSEZ DES COMMENTAIRES Commentaires
Danger
Utilisez le moteur de recherche pour trouver
le truc que vous recherchez!

   
Vous n'en entendez pas parler….
mais les plastiques sont toxiques. En se consument, ils dégagent des gaz asphyxiants ou des oxydes d'azotes très toxiques.  Enfin, d'autres dégagent, en pourrissant, des résidus moléculaires nuisibles et peuvent se décomposer en acide cyanhydrique un poison extrêmement violent. Les brûler sans précautions c'est s'assurer, on le sait, une pollution aérienne extrêmement néfaste pour tous ceux qui vivent dans le périmètre des vents. La poussière, de plus, se dépose sur les murs, les terres….
Si vous avez sous la main le PVC, ou chlorure de polyvinyle, sachez qu'il contient du chlore et qu'il est néfaste pour les poumons, au minimum. On trouve ces plastiques un peu partout dans les cuisines, dans toute la maison, dans les constructions. Avec la lumière et les ultraviolets, ils deviennent polluants, produisent des gaz inflammables, asphyxiants et toxiques; savez-vous que, lorsque vous faites du bricolage et, par exemple, utilisez des résines durcissables à froid, vous prenez un risque si vous ne faites pas attention? elles ne doivent surtout pas entrer en contact avec la peau et les yeux.
Concernant les emballages, notamment le conditionnement des produits alimentaires, le plastique doit être systématiquement évité à cause de charges toxiques qui se diffusent dans la nourriture. Ces charges sont des substances ajoutées dans les plastiques pour leur conférer certaines propriétés, les colorer…  la toxicité est importante

Aussi je m'insurge totalement contre les cuisiniers actuels qui utilisent le film alimentaire pour envelopper les aliments -par exemple des farces- afin de les faire cuire, soit à la vapeur, soit au four ou pour laisser rafraîchir au réfrigérateur; de même, il convient d'éviter la feuille d'aluminium pour la cuisine, l'emballage et le transport des aliments. Les feuilles film polyéthylène et aluminium sont responsables d'intoxications insidieuses qui agissent en cachette, de façon progressive et qui, au bout d'un certain nombre d'années, peuvent entraîner grandes fatigues, nausées, diarrhées, abaissement des défenses immunitaires, des maladies plus graves encore.
Pour vos papillotes, utilisez des plats en terre ou en verre, des feuilles de bricks ou réalisés en composé alimentaire. Il n'y avait pas de ces "aides" culinaires en "plastique" comme je dis couramment pour dénommer ces matériaux nouveaux; nous utilisions très souvent des morceaux de tissus propres, d'où le jambon au torchon ou la volaille de Bresse ou d'Argons, proche de Toulouse.
C'est peut-être ennuyeux pour le lavage, mais ce sera sans aucun doute plus sécurisant. Allez lire ma recette de cuisson de l'oie à l'ancienne sur mon autre site

www.nos18ansenmai68.com

(de même, de nos jours, il est de bon ton de revenir aux couches bébés en tissu plutôt que d'utiliser les couches papiers, allergisantes et envahissantes des poubelles). Bon, il faut les laver après les avoir dépolluées et ça sent, et ceci et cela. Et alors? vous avez peur que cela vous rende bossue de veillez au bien-être de votre bébé?
Elles commençaient à exister dans les années 70 mais j'ai tenu à utiliser des couches en tissu pour les fesses de ma fille le plus longtemps possible. Cela lui a évité d'avoir de graves érythèmes fessiers que tous les nourrissons subissent avec les couches modernes: en effet, beaucoup de bébés sont allergiques aux agents de blanchiment des pâtes papier: moralité, si vous n'achetez pas les couches les plus chères et parfaitement garanties anallergiques, vous risquez de voir votre bébé souffrir beaucoup!
Heureusement, à force de nous voir râler et protester, certains ont fini par inventer des contenants alimentaires: bientôt, nous pourrons acheter des conserves et... consommer les boites!

Lutter contre l'électromagnétisme


...et encore

Cliquez pour agrandir l'image
Autre conseil de bon sens:
Consommer des fruits et légumes de saison ?
L'intérêt réside dans le fait que vous pourrez éviter les aliments produits sous serre qui peuvent " bénéficier " de traitement fongiques importants.
Privilégiez les produits locaux
Cela peut éviter notamment certains insecticides et fongicides qui sont mis dans les lieux de stockage, notamment pour la conservation. Ainsi, il est courant que les oranges ou des bananes, voyageant par cargos, sont traitées par des solutions de Thiabendazole ou autre fongicide
Additifs, arômes et colorants alimentaires
Si vous désirez limiter la quantité d'additifs dans votre alimentation, l'idéal est de manger frais et/ou bio. En général, manger des fruits et des légumes, des œufs et du lait frais, plutôt que des aliments transformés, réduit la quantité d'additifs alimentaires ingérés.
A noter que dans les produits transformés en bio, le nombre d'additifs alimentaires est considérablement plus restreint que ceux autorisés pour les aliments conventionnels. Si certains de ces additif posent des questions en terme de risque allergique aucun à notre connaissance ne sont suspectés d'être cancérigènes ou pouvant perturber le système endocrinien
Autres chimiques dans la chaîne alimentaire
PCB, Dioxines, furanes et PCB de type dioxine, Métaux lourds
Les aliments les plus riches en PCB sont les aliments d'origine animale, riches en graisses tels que les poissons gras en contact avec les sédiments contaminés mais aussi le lait et les produits laitiers ou les œufs.
En ce qui concerne les dioxines et furane, d'une façon générale, les poissons et autres produits de la mer sont plus contaminés que les produits animaux terrestres mais la variabilité de la contamination entre les différents échantillons est particulièrement importante pour les produits de la pêche.
Les poissons gras sont les poissons " bleus ": maquereau, hareng, sardine, saumon, thon.
Les poissons maigres sont les poissons " blancs ": cabillaud, lieu, merlan, limande, sole…
Principales sources de métaux lourds dans l'alimentation
  • Plomb : Fruits et légumes (contamination aérienne) ; Boissons (réseaux de distribution au plomb) ; Abats – Crustacés (biocencentration)
•Cadmium : Fruits et légumes (contamination aérienne et eaux polluées) ; Boissons ; Crustacés (bioconcentration)
•Méthylmercure : Poissons et crustacés (bioaccumulation)
Les substances en contact avec les aliments
Phtalate
Pour éviter les phtalates, évitez les plastiques n°3 en PVC pour vos usages alimentaires. Toute fois nos analyses montre qu'un contenant en plastique alimentaire n°5 (PP) peut aussi relarguer des phtalates. La prudence est donc de mise.
Bisphénol A
Pour l'alimentation du bébé : lait de substitution en poudre de préférence vendu dans des emballages en carton, biberon en verre ou en plastique sans Bisphenol A (BPA).
Les mamans qui allaitent devraient limiter au maximum leur exposition au Bisphenol A... Faire les choix les plus sûrs en matière d'emballage et de stockage des aliments :
•Préférez autant que possible pour les contenants ou le stockage de la nourriture les matériaux en l'état actuel les plus sûrs : gré, verre, inox ou acier inoxydable, terre cuite, céramique.
•Eviter de chauffer de la nourriture ou des liquides dans des contenants en plastique.
Vous pouvez choisir des poêles sans PFOA dont certaines marques font déjà un argument de vente et qui portent le logo " No PFOA ". Le meilleur ustensile de cuisson semble être ceux en acier inoxydable qui certes attache plus mais sont facilement nettoyables.
Voir mes infos sur l'inox plus haut

Trucs et astuces



Sommaire des astuces




Ajouter ce site à vos favoris


Danger

Copyright © 2011. Tous droits réservés.
Site entièrement réalisé par Josyane JOYCE
www.cuisine-toulousaine.com
www.josyanejoyce.com
www.joyce-voyance.com

Cliquez ici pour vous abonner à ce flux RSS
www.nos18ansenmai68.com
www.joyce-reves.com